Comment sauvegarder les monuments historiques ?

le

Les monuments historiques sont des investissements très rentables en termes de fiscalité. En effet, de nombreux dispositifs de défiscalisation permettent de gagner une importante réduction fiscale. Toutefois, il est important de suivre les règlementations en vigueur. Découvrez comment sauvegarder les monuments historiques.

Qu’est ce que l’investissement en monuments historiques ?

L’investissement en monuments historiques est le fait d’investir de l’argent dans la rénovation des bâtiments ayant intérêt historique et artistique. L’État propose aux investisseurs un taux de réduction fiscale assez conséquente. Mais en contrepartie, ils doivent réaliser des travaux de rénovation sur des bâtiments classés « monuments historiques ».

Il existe plusieurs dispositifs de défiscalisation qui permettent de bénéficier de ces avantages fiscaux. Il faut néanmoins savoir qu’ils sont soumis à des règlementations très strictes. En effet, le choix du bien immobilier investi doit suivre certaines règles. Il faut, par exemple, vérifier si le bâtiment est bien inscrit ou classé auprès des services de l’État. Il faut également  respecter le cahier de charges prévu par l’Architecte en Chef des Monuments Historiques ou ACMH.

Pour bénéficier de l’avantage fiscal important proposé par la sauvegarde des monuments historiques, il est aussi obligatoire de détenir le bien pendant une durée minimale de 15 ans. Concernant les travaux, il faut tenir compte du planning prévisionnel afin de ne pas surdimensionner le projet d’investissement. Généralement, c’est la raison pour laquelle il est utile de faire appel à un professionnel.investissement en monuments historiques

Sauvegarder les monuments historiques grâce à un opérateur professionnel

Il est réellement recommandé de faire appel à un opérateur professionnel pour aider l’investisseur en sauvegarde des monuments historiques à bénéficier de l’avantage fiscal proposé. Cet expert sera alors en mesure de mentionner les travaux qui permettent de profiter des avantages fiscaux. Il pourra également conseiller les démarches à suivre afin que les travaux soient conformes à un contrôle. Celui-ci est effectué par un cabinet de fiscalistes, lequel aura validé le montage, mais aussi l’agrément des travaux auprès de l’ACMH.

Pour sauvegarder les monuments historiques, il faut donc choisir un bien protégé et classé « monuments historiques ». Il faut également réaliser des travaux de rénovation, de restauration de certains éléments ou de la totalité du bâtiment investi. L’investisseur a le choix entre proposer son capital propre ou faire la demande d’un prêt. Les deux possibilités sont acceptables.

Tous les travaux réalisés (qu’il s’agisse de changement de revêtement extérieur ou intérieur, d’amélioration de la toiture, etc.), peuvent être remboursés jusqu’à 50 % ou même 100 % (si le bien investi est ensuite ouvert au grand public).

Comme dit précédemment, il est important de suivre toutes les règlementations qui régissent l’investissement dans la sauvegarde des monuments historiques. Sans ce respect strict des règles, l’investisseur peut perdre ses avantages fiscaux. Si l’investisseur n’y connaît strictement rien, il est mieux d’être assisté par un fiscaliste professionnel. C’est la seule manière de s’assurer une rentabilité constante avec ce type de projet. De plus, si tout est respecté, les avantages fiscaux sont plus conséquents que les autres types de projets immobiliers.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *